mercredi 24 septembre 2008

L'As des As...

... Ce n'est pas moi! 6 paires d'As craquées sur 7 en une soirée. Je n'en ai jamais touché autant et autant perdu avec. A chaque fois en all-in.

Je compte pour rien les TT < 33 et autres gâteries. Et finalement je sors JJ contre AK sur le 5.5$ +R PS, juste ITM. Ca, c'est déjà plus logique que de perdre systématiquement les 80/20.

Bref, je déteste ces séries et me demande s'il ne faudrait pas tout arrêter le jour où on en découvre une. Inutile de parler des stacks obtenus si ces satanés As avaient tenu...

Comment ils sont craqués? De toutes les manières possibles: Vs AKS qui touche flush, 22 qui touche brelan au flop, 99 qui refuse de se coucher au flop et touche set au turn, K8 avec K au flop qui touche 8 à la river... Généralement par des donks qui ne comprennent rien et suive des relances et des mises jusqu'au bout de l'enfer. La paire de 2 a suivi par exemple sur un reraise énorme, avec un stack incompatible dans le seul espoir de setminer. Call & pray...

Difficile de faire des résultats dans ce contexte. C'est pas grave, c'est reparti ce soir.

Par contre, dès que je vois AA en ce moment, comment dire...

Pour me décontracter, je vais parler de la main qui m'a fait sortir sur le rebuy, jouée bizaremment, avec un intervieweur que l'on va appeller Alain:

Alain: Pourquoi avoir betté 6.000 sur un relance UTG de 3.200 (3 BB) avec JJ?

EZEQK! Heu, je ne voulais pas que quelqu'un d'autre call et voulais mettre la pression sur le relanceur.

Alain: La pression, avec un bet de même pas le double, impossible à folder?

EZEQK: Oui, ça représente une main forte et si le flop m'est favorable, je me commit.

Alain: Il te restait donc 18.000 sur ton stack initial après ce "puissant" raise?

EZEQK. Oui.

Alain: Tu comptais faire quoi si A,K,Q apparaissaient au flop avec un pot d'environ 15.000?

EZEQK: Heu...

Alain: Passons, le raiseur UTG est parti all-in, quelle a été ta réaction?

EZEQK: D'abord, je me suis dit, mauvais plan QQ+, puis finalement ça ressemblait à AK. J'ai hésité un peu mais je voulais aller à fond avec cette main depuis le début, je commençais à être short. Call évident.

Alain: Et il touche le K.

EZEQK: Oui, à la première carte, c'était couru aujourd'hui...

Alain: Quel enseignement en tire-tu?

EZEQK: Heu, que je dois m'améliorer en coin-flips. Et ne pas appuyer trop vite sur le bouton raise quand je suis pris dans un autre tournoi...

Alain: EZEQK, tu ne serais pas un peu donk des fois?

EZEQK: Heu, si... lol

lundi 22 septembre 2008

Septembre: Pas mal mais pas de good WCOOP

Quelques places sympathiques: 3ème d'un petit tournoi, puis 6ème dans le même week-end. Deux ITM dans les 11$ et 55$ Pokerstars qui auraient pu être intéressants si je gagnais enfin quelques coin-flips. Je n'indique plus que les places intéressantes, les ITM étant trop nombreux, lol...

Globalement, je continue d'être bénéficiaire sur les tournois et joue de mieux en mieux, à part quelques erreurs inévitables. Power Poker, Small Ball, TAG, LAG, j'enchaîne tous les styles selon les situations, y compris la fausse calling station quand je trouve un bon gros maniaque qui me bet toutes les streets comme un cinglé.

Deux mauvais choix m'empêchent d'être très positif ce début de mois: 1- La décision de jouer un WCOOP, déraisonnable pour ma bankroll. 2- Une énorme erreur sur un tournoi où j'étais gros stack, dans les 12 derniers.

Le tournoi s'est passé merveilleusement. Bonnes cartes, outplays et bonne values avec mes grosses mains m'ont permis d'être chipleader pendant une grande partie du tournoi. Pf, Je raise QJs et subit un minraise de l'autre gros stack. Je suis presque sûr qu'il a AA. Je call, dans le cas où le flop m'apporterait DP, quinte, set... Et je trouve Qxx. Je bette un peu plus de la moitié du pot et subit un raise. Toutes les sirènes d'alarmes sont en marche dans ma tête. J'épuise mon timer et call. Au turn, un carte blank et il me fait all-in. Pareil, les sirènes hurlent dans ma tête: fold, fold, fold ta top paire... Je finis par caller à cause de tous les donks rencontrés en tournois, notamment sur Winamax/Bwin, donks qui sont capables de faire ça avec air ou 88. Et bien sûr il a AA. Et je perds quelques centaines de dollars assurés et une possible win à beaucoup plus. Que c'est mal joué, du début à la fin, alors qu'un fold pf aurait évité ces ennuis.

C'est difficile de ne jamais faire d'erreur. Ce qui n'est pas pardonable, c'est d'en faire des énormes à l'approche des places payées avec un gros stack.

Les points positifs est que ce genre de situation ne m'arrive presque jamais en principe. Et que je sors de beaucoup de tournois à l'approche de la finale en suckout, alors que j'ai la meilleure main au flop, au turn. Avec un peu plus de réussite, une ou deux win auraient pu se présenter.

J'ai traversé aussi, et comme tout le monde, une période incroyable où j'ai perdu des all-in avec 5 paires d'As sur 6, 4 paires de rois, 3 paires de dames et je passe tous les AK vs Aj etc... Le tout en un week-end de malchatte de folie.

Bien sûr, c'est passé et je suis toujours positif. Le seul point noir et que je pers énormément de coin-flips. Si j'en gagnait quelques-uns de plus, je me retrouverais avec des stacks énormes.

Bref, sans chatte et en perdant des coin-flips, je fais pas mal d'ITM et de tables finales. Je ne peux qu'être optimiste pour la suite...

Hélas, le WCOOP était dans cette mauvaise période, et après une heure sans aucune main potable, je suis sorti QQ vs AA par un joueur agressif qui ne cessait de relancer et pour une fois avait une premium... Dans le même tournoi, Rainkhan chattait JJ vs QQ, J au flop et Dario Minieri se faisait sortir en essayant de bluffer un gars qui avait AA et avait touché le set au flop, lol... Sans compter la prise de bec d'Annette qui traite No Mercy de bitch, sacrée table ce jour là... Bref, ces tournois, sans cartes et sans chance, ce n'est tout simplement pas possible.

Classement en léger progrès sur Pocketfives, je suis juste au-dessus de manub, vers la 80ème place des joueurs online français. Lol, je pense qu'il a dû oublier de mettre le lien Winamax, il doit avoir plus de points que ça quand même... Le tournoi où je finis 3ème n'est pas comptabilisé, il manquait un ou deux joueurs...

Pour progresser plus vite, de plus gros buy-in aideraient mais c'est incompatible avec ma bankroll, on va donc continuer de grinder les tournois de 11$ à 55$ et éviter les donkaments type Sunday million et ses 215$ de BI...

Je rejoins Eric Larchevêque sur son analyse de tournois sur Ongame: Winamax, Bwin... C'est du grand n'importe quoi et le niveau de jeu est tellement mauvais qu'on se retrouve à faire des moves stupides sur les autres rooms. (voir plus haut). J'ai vu des gars passer chip leader en bettant les pots à fond avec rien. Ils bet, bet, bet. Se font attraper parfois, redescendent puis chattent et remontent. Ils callent des all-in avec 66, K9 et chattent. Bref, du grand n'importe quoi et ils arrivent quand même à monter des stacks énormes. Là, une possibilité: On joue tight et on double sur eux avec de bonne mains: J'ai trouvé un client qui m'a fait passer de 20.000 à 100.000 sur une table: Il prenait les jetons aux autres joueurs en les assommant et je les lui reprenait derrière avec de bonnes mains. Mais si par malheur, on n'a rien, il est extrêmement difficile de se défaire de ces lascars. Imbluffables, ils sont prêts à aller jusqu'au bout avec paire de 3 floppée. Par contre, quel régal quand on a une main et qu'ils bet furieusement toutes les streets jusqu'au all-in river... L'absence d'Ante ne me plait pas non plus et j'envisage d'arrêter sur Ongame si ça continue comme cela...

Sinon, je me suis remis au cash-game, sur la NL100. Une session énorme pour commencer, dans une table juteuse. Puis une autre moins bien. La différence de jeu avec les tournois me perturbe quelquefois. Mais si je trouve une table juteuse, je n'hésite pas. Cela pourait être une bonne source de financement pour les BI, à suivre...

Je repars pour de nouvelles aventures avec une nouvelle win comme objectif de ce mois et une progression dans le classement online. Ca ne sera pas si facile car j'ai restreint mes horaires de jeu: Début de soirée uniquement et fin d'après-midi le week-end avec des journées de break. J'ai besoin de repos car je ne vis pas du poker et ne veux pas finir en nolife.

Que les dieux du poker soient avec vous...

lundi 1 septembre 2008

Retour de vacances, on reprend le poker...

... et les gains dès le premier jour de reprise: deuxième place sur un petit tournoi, suivie d'un ITM sur un 100.000$ garantis, les affaires reprennent.

Pour la deuxième place, je sors avec A7. Le flop est du style 267. Je bet Top Pair Top Kicker en heads-up. Vilain m'envoie son tapis, je call. Il a Q7 et il touche la Q au turn, bien sûr... Rien à me reprocher, j'ai fait ce qu'il fallait. Avec juste un poil de réussite, je remportais un nouveau tournoi.

Sinon, les vacances étaient bien: Presque pas de poker sauf quelques sessions en cyber-café et des donkaments entre amis ultras-difficiles: Tout un banc de fishs débutants qui callent tout, gare aux bad beats à répétition. Mais bon, le poker sans argent, c'est difficille à contrôler.

Au menu donc, Paella, bière, soleil, piscine et soirée.

Une des paëlla, nocturne, celle-là: Ah la paëlla Valencienne...

La maison de mes parents en Espagne où nous avons coulé un doux été de repos et de soleil.

Et pour finir, nos femmes, chacune avec une bougie et petit effet "fantôme" sympa autour de la piscine.



















Revenons au poker: Je rentre dans le top 100 PocketFives français, oscillant entre la 90ème et la 78ème place. Pas mieux pour l'instant n'ayant pas joué en août et cumulant des point depuis seulement deux mois.

Objectifs en ligne de mire: Monter dans le classement et remporter de nouveaux tournois.
Et jouer des tournois à de plus gros buy-ins. Le temps est venu désormais...