lundi 14 février 2011

La win, les tournois, les urgences et ma femme

C'est donc un week-end de grind MTT qui commence dans la précipitation. J'ai reçu mon nouvel écran 28 pouces et c'est avec une surface de travail énorme (deux écrans d'affichage, 54 pouces au total) que j'ouvre la session MTT.

Une dizaine de MTT en moyenne au départ. J'en ai 8 à l'écran lorsqu'une urgence me contraint de partir pour une heure et demie. Je missione ma femme avec l'objectif de me garder mes tournois en vie et d'essayer d'y progresser. Je l'appelle sur la route: Elle se bat avec les sit-outs, les bets: Trop de tables pour elle. Elle vient de perdre AA et KK. Je la réprimande, lui dit: Raise comme une folle avec ces mains!!! Elle m'explique que les brelans sont venus la voir etc...

Bref, une heure et demie plus tard, je la retrouve épuisée et avec 4 tournois en moins. Ceux où j'avais 30.000 chips ont disparu, sick...

Qu'à cela ne tienne, je reprend les commandes et triple à peu près partout dans le quart d'heure qui suit. Les gars en face ont du se dire que je m'étais endormi et me voient débouler à coup de relances et autres all-in pour assaillir leurs jetons. Quelques ITM à la .fr plus tard, me voilà break-even à consoler ma femme pour qui cela aura été un grand moment de fatigue. Quand on est un habitué du multitabling à deux écrans, on ne se rend pas compte des efforts que doit faire un non initié pour gérer autant de tables...

Le lendemain, grosse journée et la soirée prévue est annulée; Je mets donc en route une deuxième session MTT, une petite dizaine. De suckouts en fishs qui chattent, je me retrouve deep sur les deux tournois qui restent en fin de soirée: Un 5 euros et le 3E +R. Le deuxième a un prize-pool alléchant et je suis à quelques encablures de la tf avec 250.000 jetons.

Hélas, je push 99, asailli par les blinds et me fracasse doublement vs A8s et KK. Out 13ème, dommage, une fois en tf, j'arrive généralement à me faufiler assez loin.

Je vais prendre ma revanche sur le deuxième. J'arrive chiplooser en tf, avec des possibilités de win assez maigres. Mais survivre short-stack en push-fold pendant des heures, c'est une de mes spécialités. Quelques pushs bien sentis plus tard et enfin la doublette. Les concurents s'éliminent peu à peu et nous voici en HU avec des forces très déséquilibrées.

J'ai 150.000 chips, il en a 800.000. Ca s'annonce mal. Très difficile de remonter un tel handicap si le joueur en face est décent. Je commence donc tout de suite mon agression. Il me raise, boum je boite A8. Snap-call JJ. Outch, mais A au flop et me voilà déjà surgissant dans son rétroviseur.

Du coup, j'agresse et je lui mène la vie dure post-flop. Il s'énerve et commence à balancer. Je raise KK, boum, il push J2, complètement exédé par mes moves incessants. Le travail des derniers mois en HU a porté ses fruits, je sais comment déstabiliser la plupart des adversaires. Pas de miracle avec son J2 et je passe devant. C'est lui qui a moins de 200.000 chips maintenant.

Bien entendu, je le martyrise encore plus et j'ai la chance de toucher de bonnes cartes. J'open AK et il boite KQ, dégouté de ne pouvoir jouer post-flop. Personne ne touche et je win dans une petite bouffée d'adrénaline. Mon adversaire aura fini par perdre complètement les pédales, enragé de perdre coup sur coup sur une finale qui lui était promise.

La première win 2011 donc, après la 3ème et 2ème places récentes. La BR monte donc gentiment, j'ai été bien inspiré en 2011 d'appliquer une gestion rigoureuse sans shoots. Certes, cela reste de petits gains. Il reste à faire une perf sur un gros BI en shoot, suite à une qualif.

J'ai fait une 30éme place sur le seul Night en Stars l'autre jour. Un petit 200 euros sur 10 E de quelif. C'est sur ce type de tournois qu'il faut aller au bout pour booster sa BR. Encore faudrait-il avoir l'ocasion d'en faire régulièrement, ce qui n'est pas le cas. Là, si j'en fais un par mois sur qualif...

En parallèle, je reprends le cash-game en petites limites et à moments perdus. Ca marche assez bien et j'enchaîne sur du PLO dont j'ai beaucoup travaillé la thérie sur de grands joueurs.

J'enchaîne assez facilement les caves pour l'instant, les adversaires faisant beaucoup plus d'erreurs qu'en NL.

Le PLO est un jeu plus complexe. Les multiples tirages rendent aléatoires des mains qui semblent les nuts comme top set. Un concept clé par exemple, est de savoir que l'on n'est pas favori avec top set via de multiples tirages comme un gros wrap à quinte et une flush.

Et qu'une main vraiment solide au flop peut être aussi monstreuse qu'une quinte max, doublée d'un set max et d'un draw flush max. Avec une telle main, c'est carrément presque impossible de perdre et on mets tout au milieu avec joie.

Avec un set face à des tirages multiples, il faut procéder autrement.
Soit contrôler le pot en attendant le full, soit opter pour de gros bets en check-raise qui protégeront beaucoup mieux qu'un pot bet initial. Un pot bet ne découragera pas un tirage quinte avec un gros wrap et encore moins les tirages mutilples wrap-flush qui vont même vous revenir dessus. Et pour cause, ils ont largement les cotes...

La plupart des fishs ne comprennent rien de tout cela et paient des tirages trops chers ou surevaluent leurs mains et envoient tout au milieu avec des mains aux équités douteuses.

Et le danger des grosses mains au flop, c'est les calling station qui ne vont pas hésiter à tout payer jusqu'à la river pour toucher leur flush, quite à mettre 3/4 de leur stack. Un peu pareil pour les tirages quinte, même sans wrap, ce qui est très mauvais.

La flush, l'eldorado des fishs, et encore plus en PLO... Sauf que les petites flushs en PLO, c'est le meilleur moyen de laisser des plumes...

Bref, de bonnes nouvelles pour l'instant. A confirmer dans les prochains week-ends. Il ne devrait pas y avoir de mauvaises surprises puisque je suis très rigoureux cette année dans les BI.

Je suis content d'avoir ajouté le PLO, pour alterner en fonction des sessions. Quelquefois, les tables de NL ne sont pas bonnes et il est intéressant de pouvoir voir ailleurs.

Cela demande par contre un investissement conséquent. Le PLO n'a pas autant de variance que l'on pourait croire, à condition de maîtriser quelques concepts aprofondis. Et le jeu en position est encore plus important. Que les jeux faits soient plus gros en PLO n'empêche nullement de bluffer le flop avec air. :P Et c'est quand même beaucoup plus facile en position...

Ce mois-ci, ce sera donc THNL MTT et THNL/PLO en cash. Comme Durrrr lol, je n'ai plus qu'à me trouver un Guy Laliberté...

2 commentaires:

bressan08 a dit…

J'en connais une qui n'aura pas de diner aux chandelles :D

EZEQK a dit…

lol