dimanche 27 février 2011

Une petite vite fait alors..

Ou un petit CR vite fait plutôt. Pas grand chose à raconter en fait. Après les freeroll Xewood complètement ratés, faute de cartes (sauf un set max 999 floppé mais il y a str8 max en face et le pire, c'est que je le sais mais suis obligé d'y aller), deux séances MTT du week-end,comme à l'habitude.
Quelques deep-runs et les habituelles horreurs. La palme encore et toujours à Winamax, où les fishs se déchainent. Dans les plus belles:





BB à 1.600, j'ai 105.000 chips et JJ à la BB. L'agro fish de service relance pour la énième fois à 4.000. Je le 3bet à 12.000. Il réfléchit et m'envoie 30.000. Je ne le crois pas une seconde et envoie le tapis. Il snap-call A6!!!

70 BB call all-in avec A6, ça résume assez bien le niveau des fishs sur Wina. 

Dans un autre tournoi, toujours sur cette room magnifique, je raise KK et le gars m'envoie 40 BB dans la face...



Avec 55. 5 au flop bien sûr... Bon ok, il y avait AA aussi de toutes façons...

Pour l'instant, je fais donc les résultats plutôt sur Stars car à chaque deep run Wina, je me prends une horreur. La série s'arrêtera bien à un moment. Ces fishs se contente de push any pair, any Ace à tour de bras. Le problème est que ça enlève tout jeu post-flop et entraîne une variance terrible.  Tantôt on monte vite de gros tapis avec de bonne cartes puis on se fait suckout. Difficile de résiter jusqu'au moment où les plus gros poissons sont éliminés.
Et je ne parle pas des structures affreuses, qui ressemblent à des turbos.

Quelqu'un écrivait récement que Winamaw était la room la plus intéressante. Je ne trouve pas: Structures MTT trop rapides et jeu de push délirant. Sans chatte, difficile de survivre...

Sur les autres rooms, le désert total. Fulltilt me pose aussi des problèmes. Le jeu est également bizarre. Finalement, c'est encore Stars où le niveau est le plus relevé, où on se sent plus à l'aise. Je m'explique: On sait mieux se situer, les fishs étant (un peu) moins nombreux, le jeu reprenant (un peu) plus de sens...

Allez, une bonne semaine de travail et de détente, pour oublier ces agaceries online... La semaine prochaine, on win les As et les rois!

mardi 22 février 2011

Xewod Bloggers Challenge

Cette semaine, j'ai l'intention de disputer le Poker Bloggers Challenge organisé par Xewood. Plusieurs matches et une finale au programme.

Des packages pour marrakesh et des tickets de tournois sur Everest. Ce championnat se fera donc sur du poker en ligne: Inscription sur le site Everest

Cela va être l’occasion de retrouver quelques contacts parmi les blogueurs. J'avais un peu ralenti l'activité et ce championnat arrive à point nommé pour renouer quelques liens.

Ami bloggers, j'espère donc vous retrouver ce soir sur les tables. Avec un CR à la clé si ça se passe bien. Vu comment la plupart d'entre nous run bad en ce moment, ce n'est pas exclu :P

samedi 19 février 2011

Enorme, allez un CR...

Non, pas la zigounette (standard) mais la surface de mes écrans depuis l'arrivée du 28 pouces. Ce confort supplémentaire, ces 54 pouces au total me donnent de bonnes sensations et de plus, me portent chance.

En effet, à peine inauguré, je fais une win sur le 28 pouces la semaine dernière puisque c'est sur celui-ci que finissent les TF.

Ce soir, je démarre un nouveau set de tournois, une dizaine, 5 par écran. Je n'en mets pas plus tout simplement parceque l'offre française ne permet pas non plus de faire de folies à un certain niveau de BI en multitabling: Pas assez de tournois.

Passé minuit, il en reste deux: Un 20 euros Stars (petit shoot) 3.500 euros et un deepstack Winamax 2.500 euros. Je vais essentiellement me concentrer sur le Stars, bien que je sois dans les 10 derniers sur le Wina: Les prix sont plus elévés et la situation meilleure. Sur le Winamax, je suis short en permanence, structure pourrie oblige et je me contente de choisir les spots en push or fold. A ce jeu-là, je monterais environ 500.000 chips et finirais 8ème sans rien de notable à raconter.

Le tournoi Stars est bien plus intéressant. Tout d'abord, à l'aproche de la bulle tf, cela fait une heure que je suis short-stack. J'ai push une Quinzaine de fois et remonte lentement mon tapis. Les derniers tours, j'ai envoyé mon tapis deux fois par tour et je sens le moment du call inéluctable. Des 89s, du KQ, du AT etc...

Je push donc pour la énième fois alors que mon stack a sensiblement augmenté. Il avait chuté à 11.000 et j'ai 22.502 à ce moment, 16 BB et AT. 6 personnes à table et je suis UTG. Déjà, le push est limite, confirmé par les tables nash: A cette position et ce tapis, je dois push A7S+ mais seulement AJ+. On va dire que c'est Borderline. Les autres doivent call 99+ et l'overcall est limité à QQ+.

Voyons la main:



Il snap-call et c'est assez effrayant. Je prie pour le flip et la river me sauve. Je me retrouve enfin à un stack confortable, à l'approche de la tf. A noter que vilain ne fait aucune erreur, le call 99+ étant bon.

Je vais prendre quelques pots puis vient une main inattendue, suite à une série de limps. Je ne peux pas refuser une telle cote, même avec 46:



Top pair et open-ended au flop. Je check, avec le plan de push mon combo en cas d'action. Ce qui ne rate pas. J'avoue que j'ai un doute quand il call mais le 44 me rassure rapidement.

Puis un classique revisité: Le setmining suivi du slowplay pour déstacker la grosse paire:

On ne s'en lasse pas. Et me voilà chipleader en tf, juste au bon moment!!! J'ai la bagatelle de la moitié des jetons de la table, quand même.

Je vais ensuite agresser énormémént. Dans un premier temps, ca va payer payé en blinds puis, avec des mains moyennes, je vais perdre une série de 55, 33 et autres mains face à des shorts dont je call le all-in et perds systématiquement. Un cinquième du stack y passe, mais sans gros dégats encore.

A ce moment, je suis toujours chipleader et euphorique. Jerôme m'a rejoint depuis la tf, alors que j'avais 11.000 chips et m'encourage. Et forcément, l'horrible suckout arrive, qui me laisse pantelant:



Je suis au 36ème dessous. J'étais largement devant avec ma TPTK inpériale, la doublette de ce 9 joué avec les pieds me laisse à moitié mort à 5 left avec une dizaine de blinds. Désespoir, rage, la palette habituelle d'émotions passe. Heureusement Jerôme me remonte le moral: Il me dit, courage EZEQK, ce n'est pas fini, ton stack t'a sauvé, tu peux revenir.

Entretemps, on passe à 4 left. Je push UTG avec KJ et 11 BB. Mon bourreau chanceux me call encore, et avec JJ. Seul un K peut me sauver et:



Le K river!!! Cette fichue river qui nous trahit tant de fois, pour une fois, elle m'offre la revanche sur le fish à la doublette de 9. Je reprends 2/3 de mon stack initial et un tapis décent. Et le moral qui remonte en flêche.

Le push est correct: KJ+ selon les tables nash.

Quelques minutes plus tard, vient l'estoquade:



Imparable. Je reprends tous mes jetons et repasse chipleader énorme, laissant exangue mon ancien bourreau.

Le rythme s'accélère et nous voici en HU. Mon adversaire est ultra-agressif, trop en fait. Je commence à l'attraper et croit bien le tenir sur cette main:



Je slowplay et pense l'attraper voir lui faire commetre une grosse bourde mais il sent le piège sur ce board et lâche, dommage...

Puis je fais une erreur qui me coûte cher: Je call trop un 7 floppé, il est tellement agressif, et me retrouve amputé d'une bonne partie de mon tapis. Il raise énorme 4, 5 blinds any 2. Et je touche QQ face à un autre de ses raises. Je décide de slowplay, tentant le tout pour le tout et flat-call:



Il chatte et ça me coûte la win. Dommage, c'est le coup d'avant qui m'a mis en situation de faiblesse. Je le controlais bien jusque là. Et j'aurais dû raise all-in cette QQ. Deuxième donc sur ce 20 euros 3.500 euros très sympa;

Ce fut néanmoins une belle soirée, riche en émotions. Qui confirme que je suis avant tout un joueur de tournois. Jamais le cash ne me donne une telle excitation que lorsque je me bats en tf. C'est pourquoi je le lâche de plus en plus au bénéfice des MTT.

Soirée magique donc, BR qui continue à grimper tranquillement. C'est dans ces moments là que l'on se rapelle pourquoi on joue au poker: Pour ressentir cette sensation unique et grisante des 3 dernière places de la tf, dans un tourbillon de raise et de all-in...

Un grand merci à Jerôme de m'avoir remonté le moral juste après le suckout, j'ai pu rebondir et repartir à l'assaut.

lundi 14 février 2011

La win, les tournois, les urgences et ma femme

C'est donc un week-end de grind MTT qui commence dans la précipitation. J'ai reçu mon nouvel écran 28 pouces et c'est avec une surface de travail énorme (deux écrans d'affichage, 54 pouces au total) que j'ouvre la session MTT.

Une dizaine de MTT en moyenne au départ. J'en ai 8 à l'écran lorsqu'une urgence me contraint de partir pour une heure et demie. Je missione ma femme avec l'objectif de me garder mes tournois en vie et d'essayer d'y progresser. Je l'appelle sur la route: Elle se bat avec les sit-outs, les bets: Trop de tables pour elle. Elle vient de perdre AA et KK. Je la réprimande, lui dit: Raise comme une folle avec ces mains!!! Elle m'explique que les brelans sont venus la voir etc...

Bref, une heure et demie plus tard, je la retrouve épuisée et avec 4 tournois en moins. Ceux où j'avais 30.000 chips ont disparu, sick...

Qu'à cela ne tienne, je reprend les commandes et triple à peu près partout dans le quart d'heure qui suit. Les gars en face ont du se dire que je m'étais endormi et me voient débouler à coup de relances et autres all-in pour assaillir leurs jetons. Quelques ITM à la .fr plus tard, me voilà break-even à consoler ma femme pour qui cela aura été un grand moment de fatigue. Quand on est un habitué du multitabling à deux écrans, on ne se rend pas compte des efforts que doit faire un non initié pour gérer autant de tables...

Le lendemain, grosse journée et la soirée prévue est annulée; Je mets donc en route une deuxième session MTT, une petite dizaine. De suckouts en fishs qui chattent, je me retrouve deep sur les deux tournois qui restent en fin de soirée: Un 5 euros et le 3E +R. Le deuxième a un prize-pool alléchant et je suis à quelques encablures de la tf avec 250.000 jetons.

Hélas, je push 99, asailli par les blinds et me fracasse doublement vs A8s et KK. Out 13ème, dommage, une fois en tf, j'arrive généralement à me faufiler assez loin.

Je vais prendre ma revanche sur le deuxième. J'arrive chiplooser en tf, avec des possibilités de win assez maigres. Mais survivre short-stack en push-fold pendant des heures, c'est une de mes spécialités. Quelques pushs bien sentis plus tard et enfin la doublette. Les concurents s'éliminent peu à peu et nous voici en HU avec des forces très déséquilibrées.

J'ai 150.000 chips, il en a 800.000. Ca s'annonce mal. Très difficile de remonter un tel handicap si le joueur en face est décent. Je commence donc tout de suite mon agression. Il me raise, boum je boite A8. Snap-call JJ. Outch, mais A au flop et me voilà déjà surgissant dans son rétroviseur.

Du coup, j'agresse et je lui mène la vie dure post-flop. Il s'énerve et commence à balancer. Je raise KK, boum, il push J2, complètement exédé par mes moves incessants. Le travail des derniers mois en HU a porté ses fruits, je sais comment déstabiliser la plupart des adversaires. Pas de miracle avec son J2 et je passe devant. C'est lui qui a moins de 200.000 chips maintenant.

Bien entendu, je le martyrise encore plus et j'ai la chance de toucher de bonnes cartes. J'open AK et il boite KQ, dégouté de ne pouvoir jouer post-flop. Personne ne touche et je win dans une petite bouffée d'adrénaline. Mon adversaire aura fini par perdre complètement les pédales, enragé de perdre coup sur coup sur une finale qui lui était promise.

La première win 2011 donc, après la 3ème et 2ème places récentes. La BR monte donc gentiment, j'ai été bien inspiré en 2011 d'appliquer une gestion rigoureuse sans shoots. Certes, cela reste de petits gains. Il reste à faire une perf sur un gros BI en shoot, suite à une qualif.

J'ai fait une 30éme place sur le seul Night en Stars l'autre jour. Un petit 200 euros sur 10 E de quelif. C'est sur ce type de tournois qu'il faut aller au bout pour booster sa BR. Encore faudrait-il avoir l'ocasion d'en faire régulièrement, ce qui n'est pas le cas. Là, si j'en fais un par mois sur qualif...

En parallèle, je reprends le cash-game en petites limites et à moments perdus. Ca marche assez bien et j'enchaîne sur du PLO dont j'ai beaucoup travaillé la thérie sur de grands joueurs.

J'enchaîne assez facilement les caves pour l'instant, les adversaires faisant beaucoup plus d'erreurs qu'en NL.

Le PLO est un jeu plus complexe. Les multiples tirages rendent aléatoires des mains qui semblent les nuts comme top set. Un concept clé par exemple, est de savoir que l'on n'est pas favori avec top set via de multiples tirages comme un gros wrap à quinte et une flush.

Et qu'une main vraiment solide au flop peut être aussi monstreuse qu'une quinte max, doublée d'un set max et d'un draw flush max. Avec une telle main, c'est carrément presque impossible de perdre et on mets tout au milieu avec joie.

Avec un set face à des tirages multiples, il faut procéder autrement.
Soit contrôler le pot en attendant le full, soit opter pour de gros bets en check-raise qui protégeront beaucoup mieux qu'un pot bet initial. Un pot bet ne découragera pas un tirage quinte avec un gros wrap et encore moins les tirages mutilples wrap-flush qui vont même vous revenir dessus. Et pour cause, ils ont largement les cotes...

La plupart des fishs ne comprennent rien de tout cela et paient des tirages trops chers ou surevaluent leurs mains et envoient tout au milieu avec des mains aux équités douteuses.

Et le danger des grosses mains au flop, c'est les calling station qui ne vont pas hésiter à tout payer jusqu'à la river pour toucher leur flush, quite à mettre 3/4 de leur stack. Un peu pareil pour les tirages quinte, même sans wrap, ce qui est très mauvais.

La flush, l'eldorado des fishs, et encore plus en PLO... Sauf que les petites flushs en PLO, c'est le meilleur moyen de laisser des plumes...

Bref, de bonnes nouvelles pour l'instant. A confirmer dans les prochains week-ends. Il ne devrait pas y avoir de mauvaises surprises puisque je suis très rigoureux cette année dans les BI.

Je suis content d'avoir ajouté le PLO, pour alterner en fonction des sessions. Quelquefois, les tables de NL ne sont pas bonnes et il est intéressant de pouvoir voir ailleurs.

Cela demande par contre un investissement conséquent. Le PLO n'a pas autant de variance que l'on pourait croire, à condition de maîtriser quelques concepts aprofondis. Et le jeu en position est encore plus important. Que les jeux faits soient plus gros en PLO n'empêche nullement de bluffer le flop avec air. :P Et c'est quand même beaucoup plus facile en position...

Ce mois-ci, ce sera donc THNL MTT et THNL/PLO en cash. Comme Durrrr lol, je n'ai plus qu'à me trouver un Guy Laliberté...

mercredi 26 janvier 2011

Un nouveau départ.

Exit donc 2011. Nouveau départ avec une petite BR consacrée aux tournois du week-end.

Pour l'instant: Une troisième place et une deuxième place dans des fields d'environ 700 joueurs. Tournois joués solidement sans (presque pas ) d'erreurs.

Une saine gestion de bankroll contrairement au n'importe quoi de 2010: Petits BI sans exception. Sauf un shoot sur le Night on Stars par ticket qui encore une fois n'aura rien donné: Deux paire de rois qui gagnent les blinds, la paire d'As contre la paire d'AS et la paire de rois contre AA limpé qui se fracasse.

Donc, avoir une gestion saine de BR porte ses fruits, cela remonte doucement... On va continuer et apliquer sagement cette gestion. C'était dur au début mais on se fait à tout finalement.

Pour le cash, j'ai également repris sur de sombres rooms et à petites limites. Même principe que précédemment: on gére une BR. J'ai bien monté avant de prendre une mauvaise série. Je ne monterais pas de limite tant que la BR n'aura pas progressé de manière significative. En espérant qu'elle ne baisse pas!

De bonnes résolutions donc en ce début d'année, qui semblent parties pour durer, le temps le dira...

De nouveau des mains à voir bientôt et des CR de tournois s'il y a des choses intéressantes.

jeudi 23 décembre 2010

La dernière séance 2010...

...De MTT avant la trève des confiseurs. Et cela fait du bien de passer une soirée MTT sans Suckouts, enfin sans beaucoup car les éviter tous tient de la gageure. Juste un AA et un KK craqués à déplorer. Tout le reste passe, les mains tiennent.

C'est tellement agréable quand on gagne avec les meilleures mains. Du coup, deux deep runs sur le dizaine de MTT lancés. Un premier qui finit 9ème sur un SH. Set au turn min3bet, call et je balance river, il vient juste de toucher son open-ended...

Le deuxième, 9ème encore sur environ 750. Les bons moves au bon moment sur un tournoi sans trop de cartes. Une petite erreur quand je 3bet light le stealeur de blinds qui m'agaçait avec 85. Il call 8Q et call mon push flop 8. Aie. Je me ratrape avec un resteal 55 et réussit à remonter un stack correct. Il me reste 22BB, un open push UTG.

Je me décide à call et c'est une erreur: Il a AK. Je crois que le call n'est pas très bon, je suis forcément en coin-flip au minimum et je ne le vois pas open push AJ. J'ai voulu gamble pour tenter la win, ce n'est pas non plus très mauvais mais le fold était mieux sur ce spot.

Après, si on ne prend jamais ce genre de spot, ca va être difficile d'aller au bout. Mais call d'un push UTG pour 20-25BB avec AQ, je ne suis pas un grand fan d'ordinaire.

Voilà, un set MTT assez agréable, le jeu post-flop passait bien, les premiums tenaient, c'est tellement plus relaxant quand ça se passe comme ça...

C'était la dernière séance avant les fêtes. La prochaine sera probablement en 2011. 2010 aura été une mauvaise année quand aux résultats, mais très formatrice.

On repars de zéro en 2011, une sorte de renaissance.

Le sapin est illuminé, les cadeaux sont au pied, le foie gras et le champagne au frais,et le chapon va bientôt être enfourné. Une soirée traditionnelle en famille, les joies d'un noël partagé...

Bonne fêtes et que les flops soient avec vous en 2011.

mercredi 22 décembre 2010

Quelle dose de choune?

Oui, quelle dose de choune est nécessaire pour arracher une win? Et bien un paquet...

Deux sets de MTT. Le premier, après les horreurs habituels, un deepstack qui marche plutôt bien. Je run comme un dieu, touche des premiums, un ou deux sets, le rêve... Chipleader pendant 3 heures sans interuption.

Et arrive la fin, je monte à 1.300.000 chips et le flux se tarit. La structure est assez rapide et moche et bientôt me voila short comme les cinq derniers à table. Push or fold et après quelques pots je push AK 10 BB en SB. Snap-call BB JTs, J flop... Out 5ème...

Bon, je ramasse un peu mais comme tout le monde sait, la 5ème place, ce n'est pas terrible...

Donc, ça n'aura pas suffi ce MTT bien réussi, il aura manqué un 60/40 gagné à la fin. La dose standard de choune à apporter était mal réglée. On comprend pourquoi l'état classifie le poker comme jeu de hazard dans ces moments là:P

Le deuxième set de MTT est bien pire: Ak < AQ 50BB pf. AJ < A8. Deux KK 3bet craqués par KQs et 46S calls horribles oops et qui touchent flush etc... Le pire étant ceci: un 99,9% perdu!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Bon, je crois que c'est mon nouveau record. Set au flop contre Top paire et je perds sur une flush runner runner, c'est fort...

A noter que 100% des suckouts ont abouti à la rivière: Pas la Q, pas la... Q! Pas le 8, pas le... 8! Pas le coeur, pas le...coeur! River sucks.

Et je ne me plains pas trop, c'était un MTT avec un BI ridicule. J'aurais pris cette série en cash, je serais en train de pleurer dans un coin :)

Je me suis remis à lire quelques blogs à nouveau. Le coté positif, c'est que l'on s'aperçoit que l'on n'est pas seul à se prendre des séries de suckouts terribles. Ca pleut de partout, en MTT, en cash. On se sent moins seul, merci les bloggeurs...

Donc, il faut que je dose un peu mieux la choune la prochaine fois. Je prendrais une dosette: Une dose de premiums, une dose de sets, une dose de choune, une dosette de flush, quintes et fulls divers, et on rajoute trois autres doses de choune, ça devrait aller...

Ou alors je me bande les yeux au turn pour ne pas voir la carte du suckout river? Si ca se trouve, ça marche... Je vais tester tiens.

Sinon, j'ai fais exceptionnelement le classico: 70/6.000 . 99 < A9s sur un gars qui push tous ses As, il bet,call mon push 16BB et touche flush. 500.000 chips et quelques heures de bon jeu postflop puis de push/fold pour pas grand chose. Eh oui, mieux vaut être riche pour se payer des BI plus conséquents...

Au moins en ce moment, je monte des stacks. Quoi, je voudrais en plus gagner plein de sous? Tss, tss, pas assez cher le BI mon fils...